Passer au contenu principal

À propos de moi



Phil Lord est professeur adjoint à la Faculté de droit Bora Laskin de l'Université Lakehead. Il était au moment de sa nomination (à l'âge de 24 ans) et demeure le plus jeune professeur de droit au Canada.


Phil était précédemment chargé de cours à la Faculté de droit de l'Université Carleton et auxiliaire juridique à la Cour fédérale du Canada. Avant cela, il a fondé quelques entreprises, travaillé dans le secteur des services financiers et pratiqué en litige civil et commercial à Montréal.


Phil a obtenu ses diplômes en droit civil et en common law de la Faculté de droit de l'Université McGill. Il figure sur la liste d’honneur du doyen et a reçu des prix pour avoir obtenu les meilleurs résultats en droit des biens et en droit constitutionnel. Il a par la suite obtenu son LL.M. comme boursier Bombardier. Phil est admis aux barreaux de New York, du Massachusetts et du Québec. Il est aussi membre du Chartered Institute of Arbitrators et détient trois titres dans le secteur des services financiers.


Phil est l'auteur de plus de 20 articles, la plupart avec comité de lecture. Sa recherche porte sur le droit public (principalement le droit de l'emploi et le droit fiscal), l'économie comportementale et les nouveaux mouvements religieux.  Phil s'intéresse également à d'autres sujets, comme la loi 21, les livres pour enfants et la pornographie. Une version gratuite de chacun de ses articles peut être téléchargée au https://ssrn.com/author=2790633.


Le parcours de Phil comporte également de nombreux échecs. Ses trois premières notes à McGill étaient des B- et son relevé de notes final inclut deux B- et un C. Contrairement à environ 75% des candidats, Phil n'a pas été sélectionné à titre de rédacteur de la Revue de droit de McGill. Armé de quatre textes, il a tenté pendant près de deux ans de publier son premier article scientifique. Il lui a fallu une année de plus pour publier dans une revue de droit. Phil apprécie échanger sur ses échecs, puisqu'il trouve que les professeurs de droit manquent trop souvent d'humilité. (Il a même écrit un article sur le sujet.)


Au cours des deux dernières années, Phil a accordé des entrevues ou des entretiens confidentiels à des journalistes de cinq médias. Il est ouvert à toute demande d'entrevue ou d'entretien.

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

La Cour supérieure rend l'aide médicale à mourir plus accessible

Ce 11 septembre 2019, dans un  arrêt  qui fera certainement les manchettes dans les prochains jours, la Cour supérieure du Québec a invalidé certaines dispositions du  Code   criminel   et de la  Loi concernant les soins de fin de vie .  Dans son arrêt de plus de 200 pages, l'honorable Christine Baudoin déclare ces dispositions non conformes à l'article 15 (droit à l'égalité) et aux principes de justice fondamentale consacrés à l'article 7 de la  Charte canadienne  des droits et libertés. Il était à prévoir que cette affaire pourrait donner lieu à un arrêt phare. Plusieurs associations communautaires avaient effectivement obtenu la permission d'intervenir dans le dossier, dont l'une qui était représentée par un grand cabinet d'avocats. Le débat concernait essentiellement la nécessité que celle qui exerce son droit maintenant constitutionnel à l'aide médicale à mourir puisse prouver la raisonnable prévisibi

Un enfant ne peut avoir plus de deux parents en droit québécois

C'est effectivement ainsi que tranche la Cour d'appel ce 16 août dans l'affaire  Droit de la famille — 191677 , 2019 QCCA 1386.  Dans cette affaire, un couple de deux femmes avait fait appel à un homme pour concevoir leur enfant. Or, l'implication de l'homme n'avait pas cessé à la naissance de l'enfant. Celui-ci avait plutôt participé à élever l'enfant, conjointement avec le couple. L'homme avait ensuite demandé que son nom soit inscrit sur l'acte de naissance de l'enfant, lequel comportait déjà les noms des deux femmes.  La Cour, par les motifs du juge Kasirer auxquels souscrivent les juges Rancourt et Hamilton, infirme en partie le jugement de première instance et tranche que l'acte de naissance ne peut comporter plus de deux noms. Le Québec demeurera ainsi l'une des provinces canadiennes où la tri-parentalité est impossible.  Le juge Kasirer fait preuve d'humilité en énoncant au paragraphe 68 que:  Bien que l